En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies, y compris des cookies tiers Plus d'infos

Accepter

Brutalisme : 6 pépites bruxelloises pour les fans d’architecture

Afficher/cacher le menu
(c) Jean-Paul Remy - visit brussels
Publié le 25/02/2021
Par Mylène

D’abord décriée, l’architecture dite  brutaliste enflamme depuis quelques années la sphère des « archilovers ». On assiste d’ailleurs à un véritable retour en grâce de cette esthétique très 70’s qui a redéfini le visage de nos villes. D’une audace parfois radicale, ce style architectural issu du modernisme a mis le béton brut, les formes géométriques et les lignes franches à l’honneur dans les villes du monde entier. Bruxelles possède d’ailleurs quelques incontournables en la matière. Voici quelques-uns des plus beaux spots brutalistes de la capitale, à aller visiter appareil en main pour un vrai shot d’architecture contemporaine.

MAISON ATELIER DU SCULPTEUR GODEFROID DEVREESE

Architecture brutaliste bruxelles - (c) Jean-Paul Remy - visit brussels

Voici une maison à l’esthétique radicale née de la collaboration entre un artiste et un architecte. A l’origine, au 71 rue des ailes, se trouvait l’atelier du sculpteur Godefroid Devreese construit par son ami, le non moins renommé Victor Horta. En 1965, c’est un autre artiste, Raymond Huyberechts qui s’y installe et métamorphose les lieux. Avec l’architecte Louis van Hove, il transforme la façade originelle en une surface minimaliste, presque aveugle et rythmée par deux minces fenêtres en bandeau. D’une simplicité efficace, alors tout à fait dans l’air du temps ! Prenez un instant pour observer l’alliance particulièrement réussie des corniches et poutrelles en béton brut et du bois qui habillent le rez-de-chaussée.

Rue des ailes 71, Schaerbeek | Architectes : Victor Horta / Louis van Hove | Date : 1974

S'y rendre

ANCIEN SIÈGE SOCIAL DU CBR

architecture brutaliste bruxelles - (c) Jean-Paul Remy - visit brussels

Absolument mythiques et instagrammables à souhait, les lignes audacieuses de l’ancien siège social des cimenteries CBR sont bien connues des baroudeurs urbains. D’iconiques fenêtres ovales aux vitres cuivrées habillent l’entièreté de ses 9 étages. Les vitres, directement enchâssées dans des modules en béton, donnent son aspect si singulier à ce paquebot moderniste signé par le duo d’architectes Constantin Brodzki and Marcel Lambrichs. L’immeuble est déjà entré dans l’histoire à plusieurs reprises, notamment en 1980 lorsqu’il est retenu par le très classe Musée d'Art Moderne de New York comme faisant partie des bâtiments les plus emblématiques de l’Architecture Moderne ! Il a également séduit de nombreux réalisateurs tels que François Ozon (Potiche) ou Jacques Brel (Far-West) à qui son allure futuriste a servi de décor. Les plus audacieux pourront même y entrer, le temps d’un déjeuner branché au Midori Boitsfort, resto fraîchement installé au rez-de-chaussée.

Chausée de la Hulpe 185, Watermael-Boitsfort | Architectes : Constantin Brodzki and Marcel Lambrichs | Date : 1967-1970

S'y rendre

BIBLIOTHECA WITTOCKIANA

Architecture brutaliste bruxelles - (c) Jean-Paul Remy - visit brussels

Temple contemporain dédié au livre, la Bibilotheca Wittockiana est également un petit bijou d’architecture brutaliste. Distingué par le Belgian Architecture Awards en 1983, ce bloc horizontal de béton coffré s’ancre dans le sol avant d’être surmonté par une façade vitrée. Sur ses murs bruts, quasi monolithiques, cascade une végétation abondante qui le fond agréablement dans le décor. Imaginé comme un coffre protecteur par son architecte, Emmanuel de Callataÿ, il renferme effectivement un véritable trésor : un musée du livre unique en son genre, riche de plusieurs milliers d’exemplaires et fondé en 1983 par le collectionneur Michel Wittock. A l’intérieur, entre ses rayonnages en bois laqués de rouge, on découvre livres précieux, fines reliures et œuvres d’art contemporaines. Un lieu qui vaut le détour aussi bien pour son architecture que pour ses collections !

Rue du Bemel 21-23, Woluwe Saint Pierre | Architecte :  Emmanuel de Callataÿ | Date : 1981

S'y rendre

ETTERBEEK, VUB CAMPUS

(c) Jean-Paul Remy - visit brussels

Les amateurs connaissent le fameux “cigare”, bâtiment futuriste de l’architecte Renaat Braem où se situe le rectorat de l’unif’, mais oublient parfois que le campus de la VUB est également truffé de quelques diamants brutalistes. Parmi eux, la fameuse Aula Q imaginée par le bureau d’architectes gantois Baro. On reconnaît de loin les blocs cubiques qui la composent, ses parois couvertes d’écailles grises et les escaliers en béton brut qui l’encadrent. A l’intérieur ce sont les fameuses salles ouvrantes, permettant de passer de 250 à 1250 places assises grâce à un mécanisme tournant intégré dans les murs qui ont la vedette ! Un dispositif architectural rare, parfaitement en adéquation avec les notions de flexibilité de l’espace alors en vogue.

Boulevard de la Plaine 2, Etterbeek | Architecte : Bureau Baro | Date : 1976-1977

S'y rendre

BÂTIMENT MARAIS

Brussels architecture brutaliste - (c) Junpeng Ouyang

Les motifs géométriques vous font de l’effet ? Rendez-vous rue du Marais, au numéro 30-50 pour un face à face avec les bureaux de la BNP Paribas Fortis. Ici, le motif en forme de Y inversé remplit une fonction à la fois esthétique et structurelle. Cela fait de l'ancien bâtiment de l'ALSK l'un des exemples les plus connus d'éléments de façade porteurs en béton architectural. Il n'est donc pas surprenant que Marcel Lambrichs, l'architecte qui a conçu ce bâtiment en 1973, soit considéré comme un fonctionnaliste doté d'une grande créativité. A quoi vous fait penser la façade ? Une ruche, quelqu’un ?

Rue du Marais, 30-50 | Architecte : Marcel Lambrichs | Date : 1973

S'y rendre

RUE D'ARLON 53 - 55

Architecture brutaliste bruxelles - (c) Jean-Paul Remy - visit brussels

Ces trois immeubles de bureaux indépendants datés de 1968 forment une seule et même entité architecturale. Et elle doit beaucoup au béton ! Ce sont principalement les ouvertures allongées en forme d’hexagone aux bords coupés et les profonds joints continus des dalles de béton préfabriquées qui donnent à ces bâtiments leur aspect brutaliste. Par trois fois, la demande de construction a été refusée et les plans ont dû être modifiés. Pourtant, l'architecte Jean Verschuere, a réussi à rester proche de son idée originelle. Une belle démonstration de persévérance et de polyvalence !

Rue d'Arlon 53-55 | Architecte: Jean Verschuere | Date: 1973

S'y rendre

A lire aussi ...

Voir tous