Balade à vélo : trésors de l’architecture moderniste à Uccle

Afficher/cacher le menu
© visit.brussels - Jean-Paul Remy
Publié le 08/03/2021
Par Mylène

Le printemps nous donne la bougeotte…et pas seulement parce que faire plus de sport fait partie de nos bonnes résolutions ! Le retour des beaux jours nous donne aussi des envies de nouveaux départs, de découvertes et de challenges. Cette semaine, on vous en propose un avec notre balade à vélo au fil des plus belles façades modernistes d’Uccle. Un itinéraire architectural parmi une poignée de dream houses aux lignes contemporaines. Enfourchez votre destrier à deux roues et suivez nous dans les rues de Bruxelles !

Durée de la balade > environ 35 minutes

Bruxelles/Uccle architecture moderniste - Raphaël Delville, Maison des Terrasses, 1935 (c) Jean-Paul Remy

La maison des Terrasses, perle moderniste

Notre balade débute face à la maison des Terrasses signée par l’architecte Saint-Gillois, Raphaël Delville en 1935. Avec ses lignes pures, dénuées de toute ornementation, elle emblématise parfaitement le style moderniste des années 30. Ses trois terrasses, dont un solarium, donnent des envies de soirées d’été sans fin et rythment la façade avec de jolis décrochés. L’imbrication des formes et des volumes ainsi que ses lignes franches font penser à une œuvre cubiste en trois dimensions !

Avenue de L’échevinage, 16

Itinéraire

Bruxelles/ Uccle architecture moderniste - Louis Tenaerts, Avenue Coghen 40 et 42, 1933 (c) Jean Paul Rémy

Esprit « paquebot » rue Coghen

Remontez la Rue Coghen où vous attend une autre création moderniste. Repérez le numéro 68, avec sa façade blanche rehaussée d’une haute baie rectangulaire ornée d’un vitrail abstrait. Notez le petit clin d’œil à l’architecture dite « paquebot », dans l’usage de la ligne courbe qui rappelle le bastingage d’un bateau. Cette maison est l’œuvre de l’architecte moderniste Louis Tenaerts, particulièrement actif dans le quartier, et dont plusieurs réalisations rythment la rue Coghen. Celui qui ouvre l’œil, devrait pouvoir reconnaître sa touche aux numéros 28, 40 et 42.

Avenue Coghen, 68

Itinéraire

La Maison de Verre, « archi lumineuse »

Empruntez ensuite la rue Vanderkindere, pour vous rendre devant une demeure bruxelloise des plus iconiques : La Maison de Verre. Absolument avant-gardiste, elle a été conçue en 1935 par un jeune architecte, tout juste diplômé, Paul Amaury Michel. Véritable mosaïque de briques de verre et percée de nombreuses baies, la façade libre est ouverte sur le monde et ouvre le dialogue avec la nature, conformément à la philosophie de l’époque. Dans la foulée du Corbusier, les architectes décloisonnent, percent des baies vitrées et font entrer la lumière. N’oubliez pas de lever les yeux pour admirer le toit-terrasse et l’habile jeu entre les sections ouvertes et fermées, entre les pleins et les vide et entre l’intérieur et l’extérieur.

Rue Jules Lejeune, 69

Itinéraire

Van Buuren Museum and Gardens © Visit Brussels - Jean-Paul Remy

Un jardin extraordinaire

Entre deux façades, quittez votre vélo le temps d’une petite infidélité au modernisme. Pour se dégourdir les jambes (et les yeux !) les jardins du Musée Van Buuren sont le décor parfait. Entre les roses, le verger et les arbres remarquables, attardez-vous sur les sculptures en plein-air qui, régulièrement, apportent un twist contemporain au lieu. De grands artistes tels qu’Anthony Caro, Pol Bury ou encore Bob Verschueren y ont été exposés. Un vrai bol d’art frais !

Ceux qui voudraient prolonger leur balade au vert peuvent en profiter pour faire un tour dans la hêtraie du parc Brugmann, située à quelques pas seulement du splendide Musée Van Buuren.

Découvrir l’expo du moment sur le site du Musée van Buuren

Avenue Léo Errera, 411

Itinéraire

Maison Everaert, modernisme minimaliste

Avec ses lignes monumentales et sa façade d’une blancheur éclatante rythmée par une bande verticale de fenêtres, la Maison Everaert frappe par son minimalisme. Son concepteur, l’architecte Jacques Dupuis était d’ailleurs très inspiré par l’esthétique scandinave, sa simplicité et sa pureté. Quelques détails accrochent l’œil et donnent son originalité à la maison : la  porte d’entrée asymétrique ainsi que son auvent, quasi sculptural, sont étonnants. Le toit en pente douce, dessine une ligne oblique qui donne dynamisme et légèreté à la façade.

Avenue de Sumatra, 8

Itinéraire

Bruxelles/Uccle architecture moderniste - Louis-Herman De Koninck, Villa Berteaux 1937 (c) Jean-Paul Remy

Villa Berteaux, "dream house" ultime

Pour finir la balade en beauté, la Villa Berteaux mérite sans aucun doute quelques coups de pédale en plus. Roulez une petite quinzaine de minutes en direction de l’Avenue du Fort Jaco, via l’avenue des Chênes et la Chaussée de Waterloo. Quintessence du style paquebot, cette maison du milieu des années 30 (1937), tout en garde-corps métalliques, fenêtres bandeau et larges terrasses fait penser à un transatlantique. Une ressemblance qui est poussée jusque dans les détails : trois petits hublots viennent rythmer la façade, sans compter la cheminée dont l’axe vertical fait office de colonne vertébrale. La pièce maitresse ? Le toit terrasse sans aucune hésitation ! On rêve d’y prendre un bain de soleil ou d’y boire un verre avec vue !

Avenue du Fort Jaco, 59

Itinéraire

A lire aussi...

Voir plus