En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies, y compris des cookies tiers Plus d'infos

Accepter

Les lieux culturels qui vont faire bouger Bruxelles en 2020

Afficher/cacher le menu
A la recherche d’endroits pour bousculer les codes, réinventer la ville ou prendre le pouls de la nouveauté dans la capitale?

Rivalisant de créativité, nombreux sont les lieux et les initiatives alternatives qui ambitionnent de délocaliser les dynamiques culturelles là où l’on ne les attend pas toujours ! Sur les toits, dans les friches industrielles ou dans les périphéries, fleurissent autant de tiers-lieux novateurs, d’espaces collaboratifs ou de démarches originales qui redéfinissent l’offre culturelle. Voici notre sélection à Bruxelles pour découvrir, réinventer ou fabriquer la ville autrement !

(10 février 2020)

La Fondation Thalie, l’art revitalise la ville

C’est à Ixelles, non loin de la place Flagey et derrière les façades d’une maison blanche des années 20 que s’est installée la Fondation Thalie en 2014. Au fil de ses salles au design épuré et aux volumes intimistes, c’est un lieu pluriel et pluridisciplinaire qui se dévoile. A l’initiative de la collectionneuse Nathalie Guiot, l’art contemporain côtoie des espaces d’échange, de réflexion ou de rencontre (bibliothèque, maison d’édition, chambre d’hôtes, résidence d’artiste).

Véritable laboratoire culturel, la Fondation Thalie concocte également des événements hors des sentiers battus : des talks autour de l’art contemporain, des lectures ou des rencontres avec des écrivains internationaux, et même une nuit de la poésie pour célébrer l’équinoxe de printemps. Dans la cuisine de la Fondation, dîners-conférence ou performances culinaires font régulièrement vibrer les papilles des gourmets. Points forts de la programmation, les deux expositions annuelles portées par la Fondation ont à cœur de mettre la création émergente et les artistes femmes sur le devant de la scène. Pour ouvrir la saison 2020, ses cimaises présentent le langage pictural singulier de la plasticienne suisse, Agnès Thurnauer. Ses mappemondes subjectives, bariolées de couleurs vives, invitent à repenser la cartographie et les enjeux de notre monde.

A mi-chemin entre la maison et la galerie, la Fondation Thalie reflète un idéal de transversalité, à la croisée entre les arts visuels, la performance, la musique et la pensée contemporaine. En plein quartier des galeries, c’est un lieu, qui, fidèle à sa devise, « L’art a le pouvoir de revitaliser la ville, tout comme l’Europe de demain », engage une vraie réflexion sur l’avenir de l’Europe et soutient un art contemporain ancré dans un monde qui change…

plus d'infos sur : www.fondationthalie.org

Le LAC met le feu

Du catch féminin sur fond de contrebasse, des mariages d’artistes en guise d’exposition, des cours d’aérobic sauvage et de la gymnastique alternative ainsi qu’une panoplie de concerts et de performances poético-insolites font l’identité hybride et savamment arty du LAC. Une identité qui s’inscrit pleinement dans l’architecture unique de cet ancien hall de stockage. Habillé de matériaux de récupération et remis aux normes en partenariat avec le très branché cabinet d’architecte Rotor, il a gardé l’esprit un brin underground de ses débuts.

Envisagé par son fondateur comme une collocation culturelle, le LAC est aussi un lieu pour « expérimenter de nouvelles formes de paradigmes socio-professionnels ». En habitant et en travaillant au même endroit, l’équipe, qui change régulièrement, donne son âme au lieu dans un esprit collaboratif. Programmation, comptabilité, gestion, régie ou montage de scène… chaque résident s’approprie et s’implique à sa manière dans la vie de ce tiers-lieux atypique.

Habité au sens propre comme au sens figuré, le LAC propose une programmation « organique et intuitive » construite au gré des contacts, des rencontres et des coups de cœur de ses résidents sans jamais perdre de vue la scène locale. Placée sous le signe de l’éclectisme elle est relayée tous les mois sur les réseaux sociaux. Véritable « outil culturel multifacettes », le LAC a les yeux et les oreilles grandes ouvertes sur la ville.

Plus d'infos sur : www.lelac.info

LaVallée, de l’autre côté du canal

Une ancienne blanchisserie désaffectée transformée en une ruche culturelle ? Direction Molenbeek, juste de l’autre côté du canal. Ouverte à la création sous toutes ces formes, LaVallée infuse économie sociale et solidaire et créativité en rassemblant une joyeuse communauté multidisciplinaire à l’ombre de son emblématique cheminée de brique rouge : plasticiens, graphistes, designers vidéastes, artisans, stylistes…

Des entrepreneurs créatifs qui misent sur « la dynamique du partage et la fertilisation croisée des projets ». Parmi eux le peintre Yvan Van Keer et ses toiles à l’esthétique futuriste, les architectes paysagistes de Landscale, la designer textile Lara Lancereau ou encore Citizen Motion, un collectif de création audiovisuelle et d’éducation aux médias.

L’objectif ? créer du lien et dérouler le fil d’une programmation variée notamment au sein de sa galerie, destinée à accueillir des expositions et des vernissages. La première partie de la saison sera marquée par les drôles de créatures des artistes Vincent Glowinski et Chloé Schuiten ainsi que par l’univers aussi poétique que fantastique d’Hell’O Collective, par ailleurs résidents de LaVallée. Le duo de graffeurs prendra à cette occasion certains des murs de l’établissement pour terrain de jeu. En parallèle, concerts live, DJ-sets, débats et conférences rythmeront également les fameuses soirées de LaVallée. Un lieu hybride, convivial et chaleureux où il fait aussi bon boire un verre sous les lampions de la cour intérieure.

LaVallée est un lieu développé par la coopérative Smart.

plus d'infos sur : https://smartbe.be/fr/nos-services/espaces-de-travail/lavallee-bruxelles

L’IMAL, trace la route du Digital Future

Précurseur et défricheur des arts numériques en Belgique depuis 15 ans, l’iMAL a fait peau neuve en 2020. Porté par le dynamisme du quartier du canal, en pleine mutation urbaine, le nouvel iMAL a

repensé son architecture pour mieux aiguillonner le « digital future » bruxellois et s’ouvrir sur la ville. En plus de doubler sa surface, les travaux ont permis d’imaginer de nouveaux espaces, notamment au rez-de-chaussée, qui compte désormais une galerie, une scène pouvant accueillir des performances et un lieu dédié aux événements publics.

Pour débuter l’année, c’est autour de la physique quantique et de ses mystères que s’articule la programmation. Entre sciences, philosophie et art, l’exposition Quantum, In search of the Invisible interroge les limites de notre perception tout en remettant en perspective la réalité telle que nous la percevons. En parallèle, un atelier permettra aux curieux d’entendre le son de l’univers et des étoiles avant de composer leur propre musique cosmique. Une plongée interstellaire dans un monde sonore passionnant !

L’iMAL se pense aussi comme un lieu d’expérimentation, un laboratoire ouvert aux créatifs et aux curieux. Les imprimantes 3D du fablab, les workshops et ateliers participatifs du medialab ainsi que le nouveau programme d’activité ont été conçus pour toucher un large public, notamment celui qui ne fréquente pas habituellement les lieux culturels. En invitant à (re)penser la révolution technologique, L’iMAL est un lieu unique dans le paysage culturel et artistique de la Belgique.

Plus d'infos sur : www.imal.org

Rainer Kohlberger-  Happy to go -blind © Caroline Lessire

Les événements